FR | NL
Accueil | A propos de Vax Info | Liens | Contact

Méningocoqueprint

Un nouveau vaccin

publié le jeudi 5 décembre 2013

Un vaccin contre le méningocoque du sérogroupe B a été enregistré en Europe. Plusieurs questions restent posées et ne permettent pas, actuellement, de déterminer sa juste place dans l’arsenal préventif offert par la vaccination.

Les méningites bactériennes sont liées à différents pathogènes : l’Haemophilus influenzae de type b, le Neisseria meningitidis (dans nos régions, principalement des sérogroupes B et C) et le Streptococcus pneumoniae (pneumocoque).
Nous disposons actuellement de vaccins pour la prévention de certaines de ces infections bactériennes.

  • Les méningites attribuées l’Haemophilus influenzae de type B ont fortement diminué grâce à la vaccination généralisée des bébés (actuellement via le vaccin hexavalent IPV-DTPa-Hib-hépatite B à 8, 12, 16 semaines et 15 mois).
  • Les nourrissons sont également immunisés systématiquement avec le vaccin conjugué 13-valent contre le pneumocoque à 8, 16 semaines et 12 mois. L’incidence des infections invasives provoquées par les pneumocoques des sérotypes présents dans le vaccin PCV13 a diminué, mais l’impact de la vaccination sur l’incidence globale des infections invasives à pneumocoques est moins clair.
  • Actuellement, les jeunes enfants reçoivent également une dose de vaccin conjugué contre le méningocoque de type C, à l’âge de 15 mois, simultanément à l’administration du vaccin hexavalent. Dans certaines circonstances (par exemple une poussée épidémique), il peut être nécessaire de vacciner des enfants âgés de moins d’un an : le vaccin conjugué peut être administré dès l’âge de 2 mois. Si l’enfant est vacciné avant l’âge de 12 mois, une dose de rappel doit être donnée à 15 mois. Les enfants et adolescents qui n’ont pas été immunisés en bas âge peuvent recevoir le vaccin ultérieurement, si la situation (épidémie p.e.) le demande.
  • En médecine du voyage, nous disposons de vaccins contre les méningocoques des sérogroupes A, C, W et Y (voir encadré).

Le vaccin contre les méningocoques du sérogroupe B

Les polysaccharides capsulaires des méningocoques du sérogroupe B sont très proches de glycopeptides de neurones humains. En conséquence, le développement d’un vaccin contre les méningocoques du sérogroupe B n’a pu suivre le même modèle que celui utilisé contre l’Haemophilus influenzae de type b, les pneumocoques et le méningocoque du sérogroupe C. Le nouveau vaccin contient 3 antigènes sous-capsulaires de surface de méningocoques du sérogroupe B, et un antigène de la surface membranaire d’un méningocoque de souche B qui a déclencé une épidémie en Nouvelle-Zélande, il y a plusieurs années.

Son immunogénicité a été mesurée in vitro via l’étude des propriétés bactéricides des anticorps induits par la vaccination.

Chez les jeunes enfants, deux schémas à 4 doses ont été étudiés : schéma 8, 16, 24 semaines et 12 mois et schéma 8, 12, 16 semaines et 12 mois.

  • Avec le schéma 8, 16, 24 semaines et 12 mois, une réponse immunitaire, considérée comme bactéricide contre les 4 antigènes, a été obtenue chez 84 à 100 % des enfants, ceci un mois après les trois premières doses et un mois après la dose de rappel. Un an après la dose de rappel, la proportion d’enfants présentant une réponse immunitaire bactéricide a fortement diminué pour 2 des 4 antigènes. Les études se sont intéressées aux éventuelles interférences du vaccin avec la réponse immunitaire à d’autres vaccins (poliomyélite, diphtérie, tétanos, coqueluche, hépatite B, RRO) : aucun problème significatif n’a été mis en évidence.
  • Avec le schéma 8, 12, 16 semaines et 12 mois, la réponse immunitaire était, pour un des antigènes, beaucoup plus faible.

Chez les adolescents, l’administration de 2 doses, à 1 ou 2 mois d’intervalle, provoque une réponse immunitaire contre les 4 antigènes chez presque toutes les personnes vaccinées.

On ne dispose actuellement d’aucune donnée clinique quant à l’effet protecteur du vaccin vis-à-vis de la méningite ou de la septicémie dues à des méningocoques du sérogroupe B. Par ailleurs, ces infections sont rares et une étude d’efficacité clinique nécessiterait l’inclusion d’un nombre élevé de patients.
On ne sait pas si la vaccination a un effet sur le portage de méningocoques du sérogroupe B, et encore moins si elle induit une immunité de groupe (herd immunity).

Dans les études, les effets indésirables les plus fréquents sont des réactions locales : douleur et érythème au niveau du site d’injection (> 80% des vaccinés, surtout le premier jour de la vaccination).
Une fièvre (> 38,5°C) peut apparaître dans les 6 heures suivant la vaccination. Malheureusement, plus de 60 % des jeunes enfants présentent de la fièvre lors d’une administration concommitante d’autres vaccins, ce qui pourrait altérer l’acceptation, par les parents, de ce vaccin et des vaccins associés. Des études et une surveillance complémentaire sont nécessaires pour évaluer la survenue de convulsions et d’événements rares.
Le vaccin doit être administré par voie intramusculaire. Il contient de l’aluminium, de la kanamycine et du latex.

Les questions qui restent posées

On sait que de nombreuses souches différentes de méningocoques du sérogroupe B circulent.
Les anticorps induits par le nouveau vaccin ne sont donc pas nécessairement efficaces contre toutes les souches circulant au niveau régional. Le producteur du vaccin a réalisé des tests in vitro au départ de méningocoques du sérogroupe B isolés dans plusieurs pays européens, mais pas en Belgique. Selon les résultats communiqués, le vaccin induit la production d’anticorps bactéricides contre 75 % environ des souches de méningocoques du sérogroupe B circulant en Europe occidentale. Cependant, on ne dispose pas de données spécifiques pour la Belgique, où dans certaines régions du pays, des souches B d’un type inexistant dans d’autres pays européens sont responsables de 20 à 30% des infections invasives.
Le test in vitro n’est pas disponible actuellement en Belgique, si bien que l’efficacité du vaccin n’est absolument pas démontrée sur les souches circulantes en Belgique.
Actuellement, on ne sait rien de la durée de la réponse immunitaire, ni de la nécessité d’administrer un ou plusieurs rappels.
Enfin, la fréquence importante des effets indésirables doit également être prise en compte.

Conclusion

Un premier vaccin contre les méningocoques du sérogroupe B (Bexsero®) a été enregistré pour la prévention des infections invasives à méningocoques du sérogroupe B (méningite, septicémie), à partir de l’âge de 2 mois. Il pourrait s’agir d’une avancée scientifique : en effet, si l’incidence des infections invasives à méningocoques du sérogroupe B en Belgique est faible (< 1/100.000 personnes/an), la morbidité et la mortalité sont importantes. Cependant, il est actuellement difficile d’évaluer le bénéfice qu’apportera ce vaccin contre les infections à méningocoques du sérogroupe B en Belgique. Si un effet bactéricide a bien été observé, on ne peut évaluer son éventuel effet protecteur contre la méningite ou la septicémie. On ne dispose pas plus de données sur l’influence du vaccin sur le portage, sur l’induction d’une immunité de groupe (herd immunity), sur la durée de la réponse immunitaire et la nécessité de rappels.
Pour ces diverses raisons, le Conseil Supérieur de la Santé a décidé de ne pas émettre pour le moment de recommandations pour une vaccination généralisée contre le méningocoque B.

Référence :
- Premier vaccin contre les méningocoques du sérogroupe B. Folia pharmacotherapeutica/juillet 2013 - http://www.cbip.be/Folia/Index.cfm?FoliaWelk=F40F07B
- Vesikari T, Esposito S, Prymula R et al.
Immunogenicity and safety of an investigational multicomponent, recombinant, meningococcal serogroup B vaccine (4CMenB) administered concomitantly with routine infant and child vaccinations : results of two randomised trials. Lancet. 2013 ; 381(9869):825-35.
- Vogel U, Taha MK, Vazquez JA et al. Predicted strain coverage of a meningococcal multicomponent vaccine (4CMenB) in Europe : a qualitative and quantitative assessment. Lancet Infect Dis. 2013 ;13(5):416-25. doi : 10.1016/S1473-3099(13)70006-9.
- Santolaya ME, O’Ryan ML, Valenzuela MT et al. Immunogenicity and tolerability of a multicomponent meningococcal serogroup B (4CMenB) vaccine in healthy adolescents in Chile : a phase 2b/3 randomised, observerblind, placebo-controlled study. Lancet.
2012 ; 379(9816):617-24. doi : 10.1016/ S0140-6736(11)61713-3.
- Cohn AC, Messonnier NE. Inching toward a serogroup B meningococcal vaccine for infants. JAMA. 2012 Feb 8 ;307(6):614-5. doi : 10.1001/jama.2012.118.

Vaccination contre les méningocoques A, C, W et Y

La vaccination contre les méningocoques A, C, W et Y est recommandée uniquement pour la protection de certains voyageurs à destination de pays à risque :
- vaccination obligatoire chez les pèlerins se rendant à la Mecque (obligatoire à partir de l’âge de 2 ans) ;
- voyageurs se rendant en Afrique dans certains pays subsahariens, durant la période de fin décembre à fin juin :
- qui seront en contact étroit avec la population locale (transports en commun, nuitées dans des « guesthouses », visite chez des amis ou dans la famille, immigrés retournant dans leur pays) ;
- ou qui y feront un séjour de plus de 4 semaines ;
- patients atteints d’asplénie anatomique ou fonctionnelle (drépanocytose) ou qui ont subi une splénectomie, même en cas de séjour bref dans un pays à risque.

Liste des pays de la ceinture de la méningite :
Bénin, Burkina Fasso, Ethiopie, Gambie, Guinée Conakry, Guinée Bissau, Mali, Niger, Nigéria, République de Centre Afrique, Sénégal, Soudan, Tchad.
Plus rarement (en cas d’épidémie) : Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Kenya, Mauritanie, Ouganda.

Nous disposons en Belgique de deux vaccins conjugués contre les méningocoques A, C, W et Y : un vaccin conjugué oligosaccharidique (MenveoTM), ainsi qu’un vaccin conjugué polysaccharidique (NimenrixTM).
Le vaccin polysaccharidique non conjugué (MencevaxTM) a été retiré du marché en août 2013.

Selon la notice, le MenveoTM peut être administré à partir de l’âge de 2 ans, le NimenrixTM à partir de l’âge de 1 an.
Aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, le MenveoTM est administré aux enfants dès l’âge de 2 mois au cas où ces derniers courent un risque réel.

En pratique

Les recommandations pour la vaccination, contre les méningocoques des sérogroupes A, C , W et Y, des voyageurs vers les pays à haut risque, s’appliquent également aux jeunes enfants.
Il serait illogique de protéger seulement les adultes ou les enfants plus âgés, alors que ce sont les jeunes enfants qui courent le plus grand risque.
Cela concerne en particulier les jeunes enfants issus de familles :
- qui vont vivre dans à un pays à risque ;
- qui vont y résider pour une longue durée ou qui y visitent des amis ou des parents.
Les enfants qui présentent une asplénie anatomique ou fonctionnelle sont concernés, indépendamment de la durée du voyage.
En cas de doute, il est conseillé de consulter une clinique de voyage spécialisée.

  • Le NimenrixTM peut être administré dès l’âge de 1 an, le MenveoTM dès l’âge de 2 ans. Une injection intramusculaire unique (0,5 ml ) est suffisante. La protection est valable après 10 jours.
  • Lorsque la situation le nécessite, les enfants peuvent être vaccinés dès l’âge de 2 mois avec MenveoTM. Une seconde dose doit être administrée un mois après la première dose et en cas de persistance du risque, une troisième dose après l’âge de 12 mois.
  • Le vaccin quadrivalent contre le méningocoque (NimenrixTM) peut être administré à la place du vaccin conjugué monovalent contre le sérogroupe C vers l’âge de 15 mois, pour des enfants voyageant vers des destinations à risque .
  • Un enfant ayant déjà reçu le vaccin monovalent contre le sérogroupe C peut recevoir, moyennant un intervalle d’un mois, le vaccin contre le méningocoque tétravalent A, C, W et Y si ce dernier est recommandé.
  • On ne connaît pas le délai après lequel une vaccination de rappel doit être donnée. Actuellement, le rappel est conseillé aux États-Unis après 5 ans, et après 3 ans pour les enfants qui ont reçu leur premier vaccin avant l’âge de 7 ans.

Référence :
- Institut de Médecine Tropicale - http://www.itg.be/itg/Uploads/MedServ/fmeningo.pdf
- Belgian Consensus Meeting on Travel Medi-cine - http://www.itg.be/
- Centers for Disease Control and Prevention, Prevention and Control of Meningococcal Disease. Recommendations of the Advisory Committee on immunization Practices.


Abonnez-vous à la newsletter