FR | NL
Accueil | A propos de Vax Info | Liens | Contact

Grippeprint

Grippe saisonnière 2017 - 2018 : avis du CSS et du CBIP

publié le jeudi 14 septembre 2017

Pour la saison 2017 - 2018, deux vaccins quadrivalents et un vaccin trivalent contre la grippe sont disponibles. Dans cet article, nous présentons les derniers avis du Conseil supérieur de la santé (CSS) et du Centre Belge d’Informations Pharmacothérapeutiques (CBIP) sur la vaccination contre la grippe.

Par rapport au vaccin de la saison grippale 2016-2017, on note une modification de la souche H1N1, les autres composants restant les mêmes.
Toutes les spécialités (vaccins inactivés) répondent aux normes de l’OMS pour 2017-2018 :

  • Le vaccin trivalent Influvac S®
  • Les vaccins tétravalents : a-Rix-Tetra®, Vaxigrip Tetra®. Le vaccin vivant atténué (Fluenz Tetra®) ne sera pas disponible cette saison.

Lorsque le médecin mentionne sur la prescription “Vaccin contre l’influenza” ou “Vaccin contre la grippe” au lieu d’un nom de spécialité, le pharmacien peut délivrer soit l’un des vaccins tétravalents, soit le vaccin trivalent.

Un vaccin trivalent ou un tétravalent ?

• Le CSS (1) dans son avis ne marque pas de préférence de choix entre vaccin trivalent ou tétravalent. Il n’y a, selon le CSS, pas de preuves montrant que les vaccins quadrivalents amènent un bénéfice supérieur aux vaccins trivalents en terme de prévention de la morbidité.
Cependant, le vaccin quadrivalent (enregistré pour toute personne de plus de trois ans), selon le CSS, pourrait être plus approprié pour la protection des femmes enceintes et des enfants de plus de 3 ans à risque.

• La recommandation du CSS de n’utiliser les vaccins tétravalents qu’à partir de l’âge de 3 ans est basée sur les informations contenues dans les RCP de l’α-Rix-Tetra® et du Vaxigrip Tetra®, qui précisent que l’efficacité et la sécurité n’ont pas été établies chez les enfants de moins de 3 ans. Le RCP du vaccin trivalent signale qu’il peut être utilisé dès l’âge de 6 mois et que les données cliniques sont limitées chez les enfants de 6 à 35 mois. Il n’y a, selon le CBIP (2), aucun argument scientifique permettant de penser que les vaccins tétravalents seraient moins sûrs que le vaccin trivalent chez les très jeunes enfants. Dans les études avec d’autres vaccins non commercialisés en Belgique, les vaccins tétravalents (dont certains peuvent être utilisés conformément à la RCP à partir de 6 mois) montrent, par rapport aux vaccins trivalents, peu de différences dans le profil de sécurité, excepté une légère augmentation des réactions au site d’injection avec le vaccin tétravalent.

La recommandation d’administrer aux femmes enceintes également le vaccin tétravalent s’appuie sur le constat que la vaccination des femmes enceintes conduit à la protection du nouveau-né.

• Chez l’adolescent et l’adulte, selon le CBIP, il n’y a pas d’arguments cliniques pertinents pour privilégier un vaccin trivalent ou un vaccin tétravalent. Les deux types de vaccins offrent une protection équivalente contre l’influenza A, le type le plus dangereux chez l’adulte.

Chez l’enfant, il y a toutefois des arguments qui incitent à choisir un vaccin tétravalent :

  • chez l’enfant, l’impact clinique de l’infection par le virus de l’influenza B est plus important que chez l’adulte
  • les enfants n’ont pas encore (ou presque pas) eu de contact avec l’influenza de type B, et ils n’ont donc pas encore développé d’immunité contre l’influenza de type B.

Ceci est confirmé dans une méta-analyse systématique d’études d’immunogénicité publiée dans Vaccine (3). Le vaccin contre la grippe tétravalent est supérieur en terme de formation d’anticorps par rapport au vaccin trivalent chez les personnes ayant une faible immunité avant la vaccination contre la grippe, en particulier chez les nourrissons et les enfants. L’impact d’une non-concordance entre le virus de la grippe B circulant et la souche vaccinale, sur l’efficacité du vaccin contre la grippe trivalent, était le plus grand en présence d’une faible immunité pré-vaccination (nourrissons et enfants). En présence d’une forte immunité pré-vaccination, l’efficacité du vaccin trivalent était similaire en cas de concordance et de non-concordance antigénique. Les auteurs de la publication concluent que l’effet du vaccin tétravalent est supérieur pour les bébés et les enfants qui n’ont pas été exposés à la grippe B, mais qu’il y a peu de différence chez les personnes plus âgées.

Vaccination des enfants : dose

Sur la base des données relatives à la sécurité des vaccins, le CSS recommande d’administrer la dose entière de 0.5 ml du vaccin trivalent chez les nourrissons âgés de 6 à 36 mois. Ceci est une nouveauté par rapport aux avis antérieurs. Pour les enfants de plus de 36 mois, le CSS recommande également l’administration d’une dose complète du vaccin.
Les enfants âgés de moins de 9 ans qui sont vaccinés pour la première fois nécessitent une seconde dose du vaccin 4 semaines après la primovaccination.

Vaccination prioritaire des groupes à risque

Selon le CSS, la priorité est la vaccination des personnes appartenant à un groupe à risque de complications.
Les groupes à risque sont identiques à ceux de la saison dernière.
Le Conseil recommande, pour la vaccination contre la grippe saisonnière 2017-2018 que les groupes de sujets suivants soient prioritaires :

  • Groupe 1 : les personnes à risque de complications, à savoir :
    • les femmes enceintes qui seront au deuxième ou troisième trimestre de grossesse au moment de la saison de la grippe. Elles seront vaccinées dès le deuxième trimestre de leur grossesse ;
    • tout patient à partir de l’âge de 6 mois présentant une affection chronique sous-jacente, même stabilisée, d’origine pulmonaire (incluant l’asthme sévère 3 ), cardiaque (excepté l’hypertension), hépatique, rénale, métabolique (incluant le diabète), BMI > 35, neuromusculaire ou des troubles immunitaires (naturels ou induits) ;
    • toute personne de 65 ans et plus ;
    • les personnes séjournant en institution ;
    • les enfants de 6 mois à 18 ans compris sous thérapie à l’aspirine au long cours.
  • Groupe 2 : le personnel du secteur de la santé.
  • Groupe 3 : les personnes vivant sous le même toit que
    • des personnes à risque du groupe 1 ;
    • des enfants de moins de 6 mois.

Selon le CSS, il faut également envisager de vacciner toutes les personnes de 50 à 64 ans compris, même si elles ne souffrent pas d’une pathologie à risque. Outre le risque accru de les voir développer des complications en cas de grippe en raison de leur âge, il existe en effet une chance sur trois qu’elles présentent au moins un facteur augmentant le risque de complications. Ce risque est d’autant plus présent chez des fumeurs, des buveurs excessifs et des personnes obèses (Indice de masse corporelle > 30).

Références
1. Conseil supérieur de la santé. Vaccination contre la grippe saisonnière. Saison hivernale 2017-2018 Avis n° 9418.
2. CBIP. Influenza 2017 - 2018. Folia Pharmacotherapeutica août 2017.
3. Beyer WEP et al. Rationale for two influenza B lineages in seasonal vaccines : A meta-regression study on immunogenicity and controlled field trials. Vaccine 2017. 35 (33) : 4167-4176


Abonnez-vous à la newsletter