FR | NL
Accueil | A propos de Vax Info | Liens | Contact

HPV (papillomavirus humain)print

0 | 5 | 10 | 15

Efficacité et sécurité des vaccins bi- et quadrivalents

publié le mardi 1er décembre 2015

Les connaissances sur les vaccins contre le papillomavirus humain se sont accumulées au fil des années. La vaccination contre le papillomavirus humain (HPV) a été introduite dans les calendriers de vaccination généralisée des jeunes filles dans plusieurs pays. De nombreuses études relatives à l’efficacité et la sécurité du vaccin ont maintenant été publiées.

lire la suite

Le point sur la vaccination des hommes

publié le mardi 1er décembre 2015
Les papillomavirus humains de type 6 et 11 sont à l’origine des condylomes acuminés. En outre, les types oncogéniques de papillomavirus, dont plus particulièrement le 16, sont responsables de cancers de l’anus, du pénis et de la sphère oropharyngée. Trente pourcents des cancers liés aux HPV surviennent chez des hommes. Ceci correspond en Europe à 17.000 cas annuels, (...) lire la suite

Un vaccin 9-valent

publié le mardi 1er décembre 2015

Un vaccin 9-valent (GardasilTM) est maintenant disponible dans certains pays. Il contient, outre les types 6, 11, 16 et 18 inclus dans le vaccin quadrivalent, les types 31, 33, 45, 52 et 58. Quel est son apport, quelles sont les données d’efficacité et de sécurité disponibles ?

lire la suite

Un schéma à deux doses

publié le mercredi 3 septembre 2014

Des études récentes ont montré que la vaccination des jeunes filles selon un schéma en deux doses offre une protection suffisante. Dès lors, la Communauté flamande et la Fédération Wallonie-Bruxelles ont décidé, à partir de cette année scolaire 2014-2015, de passer de 3 à 2 doses dans le cadre de leurs programmes de vaccination.

lire la suite

Vaccination HPV : données récentes

publié le mardi 23 avril 2013

Des données récentes compilées par l’ECDC [8] confirment que les vaccins contre les papillomavirus humains actuellement utilisés sont sûrs, bien tolérés et efficaces dans la prévention des infections persistantes, des lésions cancéreuses et précancéreuses liées aux sérotypes inclus. Ils confèrent aussi un certain degré de protection croisée contre d’autres sérotypes. L’ECDC insiste sur l’indispensable maintien des programmes de dépistage du cancer par frottis du col de l’utérus.

lire la suite

0 | 5 | 10 | 15


Abonnez-vous à la newsletter